Reynald Halloy
Tél. : +32 484 593 173

Tarologue

Tarologue Louvain-la-Neuve Belgique Reynald Halloy

Le Tarot de Marseille selon l’enseignement de Alejandro Jodorowsky m’a été transmis par Marianne Costa avec qui j‘ai eu le privilège d’approfondir La Voie du Tarot(1) et La Métagénéalogie(2). Je la remercie vivement pour m’avoir fait confiance en tant que passeur de cet enseignement. Son audace créative et son acuité intellectuelle m’ont ouvert de belles perspectives dans l’exploration du Tarot.

Je remercie également Alejandro Jodorowsky pour la prescription d’un acte psychomagique qui a bouleversé ma vie. A travers la psychomagie(3), j’ai entrevu la possibilité de jeter un pont entre ma quête de sens personnelle et ma démarche artistique en redécouvrant, par un autre chemin, par une vision élargie de la vie, le pouvoir de guérison propre à l’imagination.

Je vous invite à découvrir un documentaire que j’ai réalisé sur cette expérience afin de mieux saisir la portée de cet enseignement : https://vimeo.com/32534133

L’enseignement que je dispense trouve sa source d’inspiration dans les enseignements de Marianne Costa et d’Alejandro Jodorowsky, mais aussi dans l’expérience personnelle que j’en ai faite au travers de mes consultations et de mes ateliers ces 5 dernières années. Dans cet esprit d’ouverture et d’exploration, j’ai enrichi progressivement mes ateliers de Tarot avec d’autres disciplines telles que le chant, le yoga, la danse et le jeu théâtral. Le Tarot est une voie initiatique qui engage la totalité de l’être à travers l’exploration de nos quatre centres fondamentaux: le corps (Deniers), la créativité (Bâton), l’intellect (Epée) et les émotions (Coupe). Mon approche du Tarot est à la fois sensorielle, créative, analytique et interactive. 

  • (1) La Voie du Tarot, Alejandro Jodorowsky et Marianne Costa, Editions Albin Michel 2004
  • (2) La Métagénalogie, Alejandro Jodorowsky et Marianne Costa, Editions Albin Michel 2011.
  • (3) Manuel de Psychomagie, Alejandro Jodorowsky, Editions Albin Michel 2008.

Photographie: Roger Wibert